Le « Cours de Philosophie, année 1839-1840 », un manuscrit énigmatique

Après le décès de Caroline Franklin Grout, nièce de Flaubert, un manuscrit intitulé « Cours de Philosophie (Mallet) année 1839-1840 » est passé en vente à l’Hôtel Drouot, les 18 et 19 novembre 1931 (n° 136) :

Image du catalogue
Extrait du catalogue

Le descriptif du lot précisait :

« Dans une chemise de la main de Flaubert :
Cours de Philosophie, Mallet année 1839-1840.
Divisé en 62 leçons dont plusieurs portent en tête la signature Gustave Flaubert.
Format 22 X 18. »

Le manuscrit a vraisemblablement trouvé acquéreur à cette occasion mais la presse d’époque – consultée sur Retronews – n’a pour l’instant permis d’obtenir d’informations ni sur l’acheteur ni sur le montant déboursé. Une seule certitude : le manuscrit est cité dans l’article de Maurice Haloche : « De quelques manuscrits de Gustave Flaubert » (Les Amis de Flaubert, n° 12, 1958, p. 39), sans qu’il soit fait mention d’un nouveau ou récent passage en vente.

À notre connaissance, le manuscrit ne réapparaît qu’en 2019, au moment où la maison Christie’s est en charge de la dispersion de la Collection Alfred Cortot (vente 18565, Paris, 7 octobre 2019). Le lot 59 (Catalogue, p. 53) répond en effet au descriptif suivant:

FLAUBERT, Gustave (1821-1880). Cours de Philosophie, année 1839-1840.
Manuscrit autographe signé. [Rouen, 1839-1840]
1 vol in-4 (218 x 180 mm), 330 pp. à l’encre brune ou noire sur papiers de différents types. Reliure signée Mercier et datée 1936 : demi-maroquin à long grain brun à coins.
Réunion des cours de philosophie du jeune Gustave Flaubert, l’année de son baccalauréat.
Très intéressant volume de plus de 300 pages, reprenant les thèmes abordés en classe. La netteté du manuscrit s’explique par le fait que Flaubert est renvoyé de son lycée pour mauvaise conduite en décembre 1839 et ces cours sont donc très probablement copiés sur ceux d’un de ses camarades, peut-être Ernest Chevalier. Il passera son baccalauréat avec succès en 1840.
« Spinoza, pas nommé ! »
Ces cours sont séparés en leçons et les nombreuses pages sont annotées postérieurement par Flaubert qui ajoute des commentaires sur tel philosophe ou telle idée. Il a également signé à plusieurs reprises ses cours en marge supérieure du début certaines leçons.
Passionnante relique philosophique du jeune Gustave qui éclaire la pensée du futur écrivain sur des principes philosophiques : morale, conscience, qui parcourent son œuvre.
€20,000-30,000

Deux images du manuscrit sont proposées dans le catalogue, dont la page de titre :

page de titre - Cours de philosophie

Le manuscrit n’a pas alors trouvé acheteur. Il a été proposé de nouveau à la vente, quelques mois plus tard, toujours par la maison Christie’s, lors d’une vente en ligne (« Tendrement vôtre » – lettres et manuscrits autographes d’auteurs français ; vente n° 19585) qui s’est tenue entre le 9 et le 25 juin 2020. Le descriptif du lot 16 reprend celui de la vente précédente ; il est accompagné non plus de deux mais de quatre images. L’évaluation du manuscrit a été revue à la baisse (3000€-4000€) et le manuscrit a trouvé acquéreur pour 3750 € (informations disponibles sur le site de Christie’s).

Grâce à la fort aimable entremise d’Adrien Legendre (directeur du département Livres et manuscrits chez Christie’s), j’ai pu entrer en contact avec l’actuel détenteur, le libraire Jean-Emmanuel Raux, qui a accepté que je consulte le manuscrit le 7 juillet dernier dans sa galerie :

Galerie ARTS ET AUTOGRAPHES
Jean-Emmanuel RAUX, expert en autographes et manuscrits
9 rue de l’Odéon — 75006 PARIS — Tél.: 01 43 25 60 48
Email : contact@autographe.com

Il s’est trouvé que ce même jour paraissait le catalogue Arts & Autographes (n° 95, juillet 2021) présentant le manuscrit en couverture :

Couverture du catalogue

et le proposant à la vente accompagné de ce descriptif (p. 45, pièce n° 34202) :

FLAUBERT Gustave [Rouen, 1821 – Croisset, 1880], écrivain français.
Manuscrit autographe signé « Cours de Philosophie, année 1839-1840 ». Manuscrit autographe signé. [Rouen, 1839-1840] ; in-4 (21,8 X 18, cm), 330 pages à l’encre brune ou noire sur papiers de différents types. Reliure signée Mercier et datée 1936 : demi-maroquin à long grain brun à coins.
Précieux et considérable manuscrit autographe signé, formé par l’ensemble des notes du cours de philosophie suivi par Flaubert à l’âge de 18 ans, l’année de son baccalauréat.
En même temps qu’une infiniment émouvante relique du grand écrivain, ce manuscrit constitue une document très important pour l’étude et la compréhension de son esprit. Outre, en effet, les données du cours inculquées au futur romancier, quelques brèves notes ajoutées parfois plus tard apportent une indication sur ses réactions, tel son étonnement de voir omis Spinoza : « Spinoza, pas nommé ! », son scepticisme devant la vérité à portée de l’intelligence humaine, ou son refus de croire que le « moi qui ne se souvient pas de tout soit complet ». Chaque cours est séparé en leçon, portant souvent en tête la signature de Flaubert, traite d’un sujet du programme dont il est curieux de voir quelle fut son influence future. Ainsi les chapitres consacrés à la morale, à la conscience, à l’imagination — notamment à l’imagination créatrice et aux circonstances qui contribuent à son développement. Les nombreuses pages sont annotées postérieurement par Flaubert qui ajoute des commentaires sur tel philosophe ou telle idée.
En décembre 1839, Flaubert est renvoyé de son lycée pour mauvaise conduite et ces cours sont donc très probablement copiés sur ceux d’un de ses camarades, peut-être Ernest Chevalier. Il passera son baccalauréat avec succès en 1840.
Très émouvant et imposant manuscrit philosophique de la jeunesse de Gustave  Flaubert, qui éclaire la pensée du futur écrivain sur des principes philosophiques (morale, conscience) qui parcourent son œuvre. Prix sur demande.

Je remercie vivement Jean-Emmanuel Raux pour son accueil.

Lors de la journée d’études du samedi 2 octobre prochain, « Flaubert au Collège royal de Rouen, 1832-1840 », organisée par les Amis de Flaubert et de Maupassant, j’aurai l’occasion de présenter les hypothèses que l’on peut formuler à propos de ce manuscrit.

Parutions

Stéphanie Dord-Crouslé. “Idées fort sages (c’est-à-dire miennes)” – Les opinions de Flaubert dans la documentation préparatoire pour Bouvard et Pécuchet. Revue générale. Réflexion et culture, Presses universitaires de Louvain, 2021, pp.137-144. ⟨halshs-03266588⟩

Norioki Sugaya. Réflexion sur l’indécidable flaubertien : à partir de la traduction de Bouvard et Pécuchet en japonais. Flaubert. Revue critique et génétique, Institut des textes & manuscrits modernes (ITEM), 2021, Médiations flaubertiennes. ⟨halshs-03217381⟩

Parution du dossier des notes de lecture prises par Flaubert sur l’Esthétique de Hegel

Pour Yvan Leclerc,
à l’occasion de son anniversaire



« Esthétique de Hegel, Analyse et extraits », page de titre du dossier. Localisation inconnue

Flaubert a lu l’Esthétique de Hegel dans la traduction – ou plutôt l’adaptation – qu’en a faite Charles Bénard en cinq volumes[1] parus entre 1840 et 1852. Cinquante-neuf feuillets de notes sont le fruit de cette lecture attentive à laquelle le romancier a procédé plume à la main.

Le dossier qui rassemble ces pages porte les marques de son histoire. En effet, il a fait partie des ensembles documentaires que la nièce de Flaubert, pour une raison inconnue, n’a pas confiés de son vivant à une institution de conservation. Sur la page de titre est donc apposé le cachet « Vente Flaubert », utilisé pour les deux ventes qui ont suivi le décès de Caroline Franklin Grout (ici : Antibes, 1931). Le dossier constituait le lot 66. Dans le catalogue[2], il est décrit en ces termes : « Esthétique de Hegel, Analyse et extraits. / 52 pages de 22 x 18 ; 7 pages vergé bleu même format. » On ne sait pas qui a acquis ce lot ni s’il a connu plusieurs propriétaires successifs. Mais le dossier est passé entre les mains du libraire Alain Nicolas qui a eu la grande générosité d’en remettre une photocopie au Centre Flaubert de l’université de Rouen en 2003. C’est à partir de cette copie signalée par Yvan Leclerc que Gisèle Séginger a procuré son édition[3] du dossier parue en 2005. En l’absence d’accès aux originaux, l’édition mise en ligne en ce mois de mai 2021 sur le site des dossiers documentaires de Bouvard et Pécuchet repart elle aussi de cette copie dont elle propose non seulement la transcription revue mais aussi les images aimablement communiquées par Yvan Leclerc.

Comme l’indique la page de titre du dossier (f° 1), Flaubert a lu les cinq tomes de l’ouvrage de Bénard en deux fois : d’abord les deux premiers (« 2 vol. »), puis les trois suivants (« et t. 3, 4, 5 »). Grâce à divers recoupements, Gisèle Séginger a établi que la première période de lecture a vraisemblablement eu lieu pendant « le repos forcé de l’année 1844 »[4]. La seconde, quant à elle, est très précisément connue grâce aux listes d’ouvrages lus pour la préparation de Bouvard et Pécuchet[5] que l’écrivain a consignées dans son carnet de travail n° 15 (f° 64 et 65) : elle s’est déroulée entre la fin septembre et la mi-novembre 1872. Les deux ensembles de notes (f° 1-52 d’une part ; 53-59 de l’autre) se distinguent matériellement : l’écriture, le papier utilisé aussi bien que le mode de prise de notes sont fort différents[6].

Le dossier étant toujours dans une collection privée, sa foliotation n’a pas encore été définitivement établie. Actuellement, les pages du dossier présentent deux systèmes de numérotation concurrents, l’un allographe, l’autre autographe.

La numérotation allographe continue a vraisemblablement été apposée par le notaire en charge de la vente successorale d’Antibes, Me Léon Martelly, ou par l’un des deux experts qui l’ont alors assisté : René Morot et Louis Laffitte. À l’exception de la page de titre, elle a été portée, à l’aide d’un crayon assez gras, sur le recto de chaque feuillet, en haut et à gauche.

Elle correspond exactement à l’objet matériel tel qu’il est décrit dans le catalogue de la vente de 1931, et tel qu’il existe aujourd’hui encore en un lieu inconnu : 51 feuillets auquel il faut ajouter la page de titre, soit 52 pages, pour la prise de notes datant de 1844, et 7 feuillets de papier vergé bleu pour celle de 1872. Cependant, aussi bien l’édition de 2005 que celle mise en ligne sur le site des dossiers documentaires de Bouvard et Pécuchet présentent une lacune. En effet, deux images sont manquantes : en raison d’une malencontreuse erreur de manipulation, deux pages du dossier (les f° 4v° et 5r°) n’ont pas été photocopiées. Leur contenu demeure donc inconnu mais leur place a été ménagée dans la foliotation de l’ensemble pour qu’elles puissent un jour être ajoutées.

D’autre part, comme il en avait l’habitude, Flaubert avait lui-même numéroté la plupart des pages de son dossier, à l’encre, en haut et à droite des seuls rectos, page de titre non comprise. Cependant, cette numérotation présente des lacunes et des irrégularités dont le constat lui-même est compliqué par l’imparfaite qualité des photocopies disponibles. Ainsi, la numérotation des pages 2, 5, 21 et 22 ne semble pas avoir été apposée par Flaubert lui-même ; et les pages qui auraient dû être numérotées 7, 23 (ou 24 ? – on va y revenir), 26, 27, 29, 34, 36, 39, 48 et 51 ne semblent porter aucune numérotation autographe. La raison de ces irrégularités apparaîtra peut-être évidente lorsque l’objet matériel pourra être examiné. Mais il est d’ores et déjà nécessaire d’établir une correspondance entre les images du document et la transcription des contenus.

Pour son édition, Gisèle Séginger indique avoir suivi la numérotation autographe de Flaubert. Elle relève cependant une difficulté qui consiste en l’absence possible d’un feuillet :

À partir de ce point [i. e. le f° 25 de son édition[7]], la pagination (de Flaubert) correspond à la pagination au crayon (qui est postérieure). Le folio numéroté 25 (à l’encre) devrait être le folio 24. Dans la suite des folios apparaissent souvent deux numérotations différentes. Peut-être peut-on émettre l’hypothèse d’une intercalation provisoire d’un folio complémentaire lors d’une relecture qui aurait donné lieu à une renumérotation.

En tous cas ce folio ne se trouve plus dans le dossier. Cette relecture a été faite au moment de la reprise du dossier et de la rédaction des derniers folios d’une tout autre écriture que celle des années 1840. Comme la numérotation à l’encre est de la main de Flaubert et qu’elle court jusqu’à la fin du dossier, nous avons décidé de la suivre : il n’y a donc pas de folios 24 et 24v°. Pour autant le texte de la prise de notes n’est pas discontinu, le folio probablement ajouté puis retiré, était sans doute un supplément sur les dieux de l’Inde puisqu’il était placé entre le folio 23v° et le folio 24 [sic pour 25 ?]. Il a pu être retiré du dossier au moment de la rédaction de La Tentation de saint Antoine[8].

En l’état actuel, aucune explication convaincante ne peut être apportée au saut que l’on constate dans la numérotation autographe de Flaubert. Il n’est d’ailleurs pas absolument certain qu’un numéro 23 soit inscrit dans l’angle supérieur droit du feuillet qui précède. Mais dans la mesure où la prise de notes ne présente aucune solution de continuité entre les feuillets 21 à 26 de la numérotation notariale[9], il n’a pas semblé nécessaire de ménager une place pour un hypothétique feuillet manquant dans une édition en ligne qui est aussi celle d’un objet patrimonial envisagé dans sa configuration matérielle effective.

Afin que le lecteur puisse identifier l’origine concrète des problèmes et circuler facilement entre les éditions successives, on a reporté dans un tableau les deux numérotations et leurs irrégularités, ainsi que la foliotation adoptée par les deux éditions :

Foliotation
éd. en ligne

Foliotation
 éd. 2005

Numérotation en haut et à gauche

Main

Numérotation en haut et à droite

Main

1

X

X

X

X

X

2

1

1

Inconnue

1.

Flaubert

3

2

2

Inconnue

2

Inconnue

4

3

3

Inconnue

3.

Flaubert

5

X

[?]

[?]

[?]

[?]

6

5

5

Inconnue

5

Inconnue

7

6

6

Inconnue

6.

Flaubert

8

7

7

Inconnue

X

X

9

8

8

Inconnue

8.

Flaubert

10

9

9

Inconnue

9.

Flaubert

11

10

10

Inconnue

10.

Flaubert

12

11

11

Inconnue

11.

Flaubert

13

12

12

Inconnue

12.

Flaubert

14

13

13

Inconnue

13.

Flaubert

15

14

14

Inconnue

14.

Flaubert

16

15

15

Inconnue

15.

Flaubert

17

16

16

Inconnue

16.

Flaubert

18

17

17

Inconnue

17.

Flaubert

19

18

18

Inconnue

18.

Flaubert

20

19

19

Inconnue

19.

Flaubert

21

20

20

Inconnue

20.

Flaubert

22

21

21

Inconnue

21

Inconnue

23

22

22

Inconnue

22

Inconnue

24

23

23

Inconnue

23 [?]

[?]

25

25

24

Inconnue

25.

Flaubert

26

26

25

Inconnue

X

X

27

27

26

Inconnue

X

X

28

28

27

Inconnue

28.

Flaubert

29

29

28

Inconnue

X

X

30

30

29

Inconnue

30.

Flaubert

31

31

30

Inconnue

31.

Flaubert

32

32

31

Inconnue

32.

Flaubert

33

33

32

Inconnue

33.

Flaubert

34

34

33

Inconnue

X

X

35

35

34

Inconnue

35.

Flaubert

36

36

35

Inconnue

X

X

37

37

36

Inconnue

37 [ ?]

Flaubert

38

38

37

Inconnue

38.

Flaubert

39

39

38

Inconnue

X

X

40

40

39

Inconnue

40.

Flaubert

41

41

40

Inconnue

41.

Flaubert

42

42

41

Inconnue

42.

Flaubert

43

43

42

Inconnue

43.

Flaubert

44

44

43

Inconnue

44.

Flaubert

45

45

44

Inconnue

45.

Flaubert

46

46

45

Inconnue

46.

Flaubert

47

47

46

Inconnue

47.

Flaubert

48

48

47

Inconnue

X

X

49

49

48

Inconnue

49.

Flaubert

50

50

49

Inconnue

50.

Flaubert

51

51

50

Inconnue

X

X

52

52

51

Inconnue

52.

Flaubert

53

53

52

Inconnue

53.

Flaubert

54

54

53

Inconnue

54.

Flaubert

55

55

54

Inconnue

55.

Flaubert

56

56

55

Inconnue

56.

Flaubert

57

57

56

Inconnue

57.

Flaubert

58

58

57

Inconnue

58

Flaubert

59

59

58

Inconnue

59.

Flaubert

Ces notes de lecture font système avec un feuillet conservé dans le dossier « Littérature – esthétique » récemment entré dans les collections de la BnF[10] : le f° 46 (recto et verso), intitulé : « Esthétique de Hegel, résumé ». Il s’agit de « notes de notes »[11], c’est-à-dire de notes prises par Flaubert à la relecture de ses propres notes. Sur une page et demie, l’écrivain a relevé dans le dossier de notes « Esthétique de Hegel, Analyse et extraits » toutes les citations qui pouvaient lui être utiles pour la rédaction du cinquième chapitre de Bouvard et Pécuchet, en particulier pour son moment esthétique[12], ou pour les aventures philosophiques des deux personnages dans le chapitre VIII du roman. C’est pourquoi les références paginales – qui suivent la plupart de ces fragments textuels – ne renvoient pas aux différents tomes de l’ouvrage de Bénard mais aux pages de la prise de notes initiale de Flaubert. Par exemple, sur le f° 46, la définition : « L’idéal est la réalité retirée du domaine du particulier », mise en relation avec une page « 6 », se trouve bien sur le f° 7 (numéroté 6 par Flaubert) du dossier des notes de lecture[13]. Presque toujours, les citations recopiées sur la page et demie de « notes de notes » ont été préalablement sélectionnées d’une croix en marge dans le dossier de notes. Et elles seront nombreuses à être utilisées dans le roman pour la genèse de son premier volume[14].

En revanche, très rares sont les fragments qui présentent les marques caractéristiques d’une sélection en vue du « second volume », y compris dans les feuillets de notes datant de 1872, c’est-à-dire les treize folios (f° 53 à 59) qui ont été produits en lien direct avec la rédaction de Bouvard et Pécuchet et le projet du sottisier. Un seul passage relevé par l’écrivain affiche à la fois une annotation (« Pudeur française ») et un trait vertical en marge :

« L’obscénité est poussée à son dernier degré » dit Hegel – et là-dessus un épisode du Ramayana, la descente de Gangâ : le traducteur anglais n’a pas osé le traduire, Schlegel a traduit la dernière partie de l’épisode, le traducteur français d’Hegel fait encore mieux, il n’ose pas citer le passage que cite Hegel lui-même. – Voilà qui nous instruit beaucoup : « Nous supprimons nous-même le passage cité par Hegel » dit M. Charles Bénard dans une note aussi spirituelle que laconique (p. 73). Vivent les commentateurs, pour expliquer le texte !

Si le fragment textuel appartient aux pages rédigées en 1844, il est vraisemblable que le commentaire marginal n’a été ajouté qu’en 1872. Par son contenu, comme l’indiquent clairement les remarques ironiques du scripteur, le passage aurait fort bien pu trouver sa place dans l’une des catégories prévues pour le second volume comme « Beautés des gens de lettres » ou « Ineptie des critiques ». Néanmoins, on ne repère ce passage sur aucune des pages préparées pour le second volume, du moins pour celles – connues –  qui sont conservées à la bibliothèque municipale de Rouen. Flaubert a pu oublier de recopier cette citation ; ou bien une page a pu être perdue… Quoi qu’il en soit, à l’instar de tous les autres fragments de ce dossier, celui-ci peut dorénavant être mobilisé par l’agenceur, enrichir des reconstitutions conjecturales et participer à la création de nouveaux seconds volumes possibles.

Pour ce faire, chaque fragment textuel a été mis en relation avec sa référence bibliographique exacte. Cette métadonnée permet à l’agenceur de fonctionner et fournit au lecteur un lien direct vers le passage pris en note par Flaubert dans l’édition qu’il a utilisée. Cette métadonnée et d’autres encore sont accessibles pour chaque page manuscrite dans un onglet dédié (par exemple ici pour le f° 2) ou en cliquant sur le lien présent à la fin de chaque fragment textuel (intégré à la référence paginale lorsqu’elle existe ou porté par l’icône d’un petit livre).

L’établissement de la transcription mise en ligne aujourd’hui a bénéficié du travail réalisé par l’édition de 2005, ainsi que des nombreuses et pertinentes observations manuscrites laissées par Jean-François Delesalle. Le soutien du consortium CAHIER ainsi que l’aide reçue des pôles Édition (Élisabeth Baïsse-Macchi) et Humanités numériques (Nathalie Arlin, Pierre-Yves Jallud et Paul Gaillardon) de mon laboratoire, l’IHRIM, ont enfin été déterminants : que tous ces collègues trouvent ici l’expression de mes remerciements et de ma reconnaissance.

 

[1] Cours d’esthétique, analysé et traduit en partie par M. Charles Bénard, Paris, Joubert, 1840-1852, 5 vol. (t. 1, 1840 ; t. 2, 1843 ; t. 3, 1848 ; t. 4, 1851 ; et t. 5, 1852). Voir la fiche de l’ouvrage dans la bibliothèque du site d’édition des dossiers documentaires de Bouvard et Pécuchet (https://www.dossiers-flaubert.fr/).

[2] Manuscrits, livres, meubles, objets d’art de Gustave Flaubert. Mobilier ancien et moderne de la Villa Tanit ayant appartenu à Mme Franklin-Grout-Flaubert, décédée. Vente à Antibes, 28, 29, 30 avril 1931, catalogue, p. 11 (en ligne sur le site Flaubert de l’Université Rouen-Normandie).

[3] « Notes de Flaubert sur l’Esthétique de Hegel », Gustave Flaubert 5 « Dix ans de critique », éd. Gisèle Séginger, La Revue des lettres modernes, Minard, 2005, p. 247-330.

[4] Ibid., p. 248. Le fait qu’Alfred Le Poittevin écrive à Flaubert le 23 septembre 1843 qu’il « [s]’occupe de L’Esthétique de Hegel » confirme cette datation (la Correspondance de Flaubert est citée d’après l’édition électronique procurée par Yvan Leclerc et Danielle Girard, Centre Flaubert, Université Rouen-Normandie, 2017-…, https://flaubert.univ-rouen.fr/correspondance/edition/).

[5] C’est pourquoi le dossier fait partie de la « BPsphère » et apparaît dans l’Inventaire des pièces du dossier de genèse de Bouvard et Pécuchet, établi par Stéphanie Dord-Crouslé et disponible en ligne sur le site Flaubert.

[6] En réalité, la deuxième période commence par la relecture des deux premiers volumes, comme le montrent les métadonnées des f° 53 à 55. Les notes portant sur les tomes 3 à 5 occupent seulement les f° 55 (seconde moitié du feuillet) à 59. On peut lire ici les notes de la deuxième période dans leur continuité.

[7] « Notes de Flaubert sur l’Esthétique de Hegel », op. cit., p. 288.

[8] Ibid., note 28, p. 288-289.

[9] Selon la numérotation allographe, le contenu textuel du f° 21 renvoie aux pages 12 à 22 du second tome de l’ouvrage de Bénard, et respectivement, pour les folios suivants, aux pages 22 à 41 (f° 21v°), 41 à 46 (f° 22), 47 à 53 (f° 22v°), 54 à 64 (f° 23), 65 à 72 (f° 23v°), 72 à 73 (f°24), 76 à 83 (f° 24v°), 84 à 86 (f° 25), 86 à 90 (f° 25v°), et 90 à 93 (f° 26).

[10] Bibliothèque nationale de France, Département des Manuscrits, NAF 28825. Sur l’histoire de ce dossier propriété de la SMAF jusqu’en 2015, voir la notice du catalogue et Stéphanie Dord-Crouslé : « Un dossier flaubertien mal connu : les notes pour le chapitre “Littérature” de Bouvard et Pécuchet », Histoires littéraires, n° 24, 2005, p. 119-135 [en ligne sur HAL-SHS]. Le dossier complet est en cours de transcription et d’encodage. Il sera bientôt publié sur le site des dossiers documentaires de Bouvard et Pécuchet.

[11] Voir par exemple cette lettre de Flaubert à sa nièce Caroline du 21 mars 1879 : « Maintenant, je refais, p[ou]r la 3e fois, les tables de mon dossier intitulé philosophie. Ce sont les notes de mes notes, que je coordonne, pour dresser mon le plan de mon chapitre ! – Depuis quinze jours je ne m’occupe pas à autre chose ! – Quelle besogne ! »

[12] Sur cet épisode, voir Stéphanie Dord-Crouslé : « Le beau dans tous ses états – le moment esthétique dans Bouvard et Pécuchet », Gustave Flaubert 6 « Fiction et philosophie », éd. Gisèle Séginger, La Revue des lettres modernes, Minard, 2008, p. 85-107 [en ligne sur HAL-SHS].

[13] Dans ses « notes de notes », Flaubert n’a malheureusement repris aucune citation située entre la page 20 (« N’avoir pas de manière est la grande manière ») et la page 32 qui traite de la poésie descriptive et du poème didactique. On ne peut donc utiliser ces « notes de notes » pour étayer ou rejeter l’hypothèse d’une page 24 manquante (cf. supra).

[14] Voir par exemple ici les résultats de la recherche « Hegel » dans les brouillons du roman (Les manuscrits de Bouvard et Pécuchet. Édition électronique du manuscrit intégral de Bouvard et Pécuchet, premier volume, sous la dir. d’Yvan Leclerc et Danielle Girard, en ligne sur le site du Centre Flaubert de l’université de Rouen, 2013, http://flaubert.univ-rouen.fr/bouvard_et_pecuchet/index.php). Dans le f° 597 du volume 5, la référence « Hegel. « 55. c’est l’exist. abs. affr. de toute détermination » renvoie à la définition du sublime qui se trouve en haut de la page 55 de notre dossier de notes (f° 55, fragment 1).

Parution

Flaubert, revue critique et génétique vient de publier au fil de l’eau, dans sa section « Genèse », un article de Biagio Magaudda, collaborateur du projet Bouvard :

Biagio Magaudda, « Le Traité des délits de Joseph-Pierre Chassan : une nouvelle source pour L’Éducation sentimentale  », Flaubert [En ligne], Genèse, Études de genèse, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 02 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/flaubert/4223

Au sein des dossiers documentaires de Bouvard et Pécuchet conservés à la Bibliothèque municipale de Rouen un groupe de manuscrits autographes de Flaubert retient l’intérêt : il s’agit des notes de lecture tirées du Traité des délits et contraventions de la parole, de l’écriture et de la presse de Joseph-Pierre Chassan. Le titre de cet ouvrage en trois tomes, sur lesquels Flaubert a pris des notes classées dans le dossier « Politique » de Bouvard et Pécuchet (g226, 6, fos 153-153vo-154), n’apparaît nulle part parmi les sources documentaires de L’Éducation sentimentale : les études publiées jusqu’à présent, en particulier les recherches rigoureuses menées par Alberto Cento, n’en portent aucune trace. Cependant, l’analyse des notes prises par Flaubert sur l’ouvrage de Chassan et la relecture du roman historique de l’écrivain mettent en évidence des aspects communs qui méritent d’être approfondis : nous verrons que le Traité des délits, ouvrage peu connu, joue un rôle crucial dans l’élaboration d’un discours de Frédéric dans L’Éducation sentimentale et vient désormais s’ajouter à la longue liste des ouvrages consultés par l’écrivain pour la préparation de son roman.

 

Le site fait son entrée (discrète) dans la fiction !

            Je n’ai plus cessé d’ingurgiter des livres tout au long de ma vie. Les recherches que je fis pour l’écriture de Bouvard et Pécuchet qui occupa mes dernières années m’amenèrent à avaler plus de cinq cents volumes en prenant des tombereaux de notes dûment conservées par ma nièce et aujourd’hui numérisées que vous pouvez consulter si le cœur vous en dit.

Régis Jauffret, Le Dernier Bain de Gustave Flaubert. Roman,
Paris, Seuil, 2021, p. 25

 

Moteur de recherche du site

Les performances du moteur de recherche ont été notablement améliorées et il y a dorénavant deux types de recherches textuelles disponibles sur la page intitulée « Recherche ».

L’un permet d’explorer les transcriptions, l’autre les notes de bas de page (appareil critique).

De plus, des « requêtes prédéfinies » permettent d’accéder directement aux séquences encodées en TEI dans les transcriptions en tant que notes de régie, notes de renvoi, notes de classement, notes de sélection pour la copie, commentaires et lapsus (de Flaubert, de Laporte ou d’autres scripteurs).

En cliquant sur le point d’interrogation cerclé de bleu situé en-dessous des champs de recherche, on obtient une aide sur la syntaxe d’interrogation et les différents opérateurs disponibles pour lancer une recherche plus fine, restreindre ou augmenter le nombre de résultats ramenés et améliorer leur pertinence :

  • l’opérateur booléen AND. Exemple : histoire AND Buffon ramène les documents comportant à la fois histoire et Buffon.
  • l’opérateur booléen OR. Exemple : histoire OR Buffon ramène les documents comportant soit histoire soit Buffon.
  • l’opérateur booléen SAUF. Exemple : histoire -Buffon ramène les documents comportant histoire, sauf s’ils contiennent aussi Buffon.
  • le caractère de troncature *. Placé à la fin et/ou au début d’un mot, il permet d’élargir la recherche à tous les mots qui ont une racine commune. Exemple : *capit* ramène décapiter, capitale, capitaine, capituler, capiton, etc.
  • des guillemets doubles pour chercher une séquence exacte de caractères. Exemple : « il pense ».

 Par défaut, l’opérateur de recherche est AND. Ainsi, Histoire Buffon ramène les mêmes documents que la recherche Histoire AND Buffon.

Les opérateurs peuvent être composés entre eux. Exemple : « Esprit des lois » -Montesquieu ramène les documents comportant la séquence « Esprit des lois » sauf ceux qui contiennent aussi Montesquieu.

De semblables améliorations ont été apportées au moteur de recherche des différentes bibliothèques du site (bibliothèque de Flaubert, bibliothèque de Bouvard et Pécuchet et bibliographie critique).

Une aide spécifique sur la syntaxe d’interrogation est là aussi disponible.

 

 

Parutions

Stéphanie Dord-Crouslé : « Du chou “prodigieux, et absolument incomestible” à la “copie-monument” : petite tératologie potagère de Bouvard et Pécuchet, œuvre posthume et inachevée » ; Littérature monstre. Une tératologie de l’art et du social (1848-1914), sous la dir. de Didier Plassard, Corinne Saminadayar-Perrin et Yanna Kor, Liège, Presses Universitaires de Liège, « Situations », 2020, p. 47-58 [actes du colloque de Montpellier, 15-16 novembre 2018 ; en ligne sur HAL-SHS].

Stéphanie Dord-Crouslé : « Entre l’auteur “classique” et l’éditeur commercial, quelle place pour l’éditeur scientifique ? Quelques réflexions à partir de Flaubert », L’éditeur à l’œuvre : reconsidérer l’auctorialité (fin XVe-XXIe siècle). Actes du colloque de Bâle, 11-13 octobre 2018, sous la dir. de Dominique Brancher, Gaëlle Burg et Giovanni Berjola, Université de Bâle, Plateforme Emono Universitätsbibliothek Basel, 2020, p. 68-77 [en ligne sur la plateforme et sur HAL-SHS].

Le projet Bouvard s’inscrit dans le mouvement de la science ouverte !

Un lien vers le projet Bouvard est proposé pour illustrer le type d’activités éligibles à une évaluation « Création, recueil et/ou curation de données ».

Lire la note en ligne.

Télécharger le document.

Parution

Revue Flaubert, n° 18, 2019
Bouvard et Pécuchet et l’agriculture

Numéro dirigé par Stéphanie Dord-Crouslé et Éric Le Calvez

https://flaubert.univ-rouen.fr/revue/sommaire.php?id=20

ISSN 2104-3345

Sommaire :

Stéphanie Dord-Crouslé, Éric Le Calvez
Avant-propos
[Article complet]

Éric Le Calvez
Flaubert à la ferme
[Article complet] [Résumé]

Jeffrey Thomas
Le jardin face à Bouvard et Pécuchet
[Article complet] [Résumé]

Abbey Carrico
L’eau et l’agriculture dans Bouvard et Pécuchet
[Article complet] [Résumé]

Stella Mangiapane
Flaubert, Bouvard et Pécuchet « devant la divergence des opinions » dans les savoirs agricoles du XIXe siècle
[Article complet] [Résumé]

Sucheta Kapoor
« Incessamment, ils parlaient de la sève » : Bouvard et Pécuchet pratiquent l’agriculture
[Article complet] [Résumé]

Florence Vatan
« Cultiver son jardin » : rêves et délires de l’engrais dans Bouvard et Pécuchet
[Article complet] [Résumé]

Christophe Ippolito
L’agriculture hors de son champ : débordements du chapitre II dans Bouvard et Pécuchet
[Article complet] [Résumé]

Yvan Leclerc
Bouvard et Pécuchet sur leur terre : comment bien rater sans savoir pourquoi
[Article complet] [Résumé]

Florence Pellegrini
« D’abominables mulets qui avaient le goût de citrouilles » : traduire les causes d’un ratage. Traduction, orthonymie et chaîne de causalités
[Article complet] [Résumé]

Stéphanie Dord-Crouslé
Le sottisier agricole de Bouvard et Pécuchet
[Article complet] [Résumé]

Annexes

Stéphanie Dord-Crouslé, Éric Le Calvez
Bibliographie indicative
[Article complet]

Stéphanie Dord-Crouslé, Éric Le Calvez
Pour mémoire: appel à contributions
[Article complet]


Résumés
Bio-bibliographie des auteurs

 

Le dossier « Jean-Jacques Rousseau », un nouveau venu sur le site « Les dossiers de Bouvard et Pécuchet »

En ce mois de mai 2019, un nouvel opus rejoint le site des dossiers documentaires de Bouvard et Pécuchet : il s’agit du dossier des notes de lecture prises par Flaubert sur des œuvres de Rousseau, conservé depuis 1992 au musée Jean-Jacques Rousseau de Montmorency après avoir fait partie de l’une des deux ventes successorales de la nièce de l’écrivain, Caroline Franklin Grout (Paris, hôtel Drouot, 18-19 novembre 1931, n° 154 ; voir le catalogue).

Collection musée Jean-Jacques Rousseau,
Ville de Montmorency – photographe Laure Querouil
(page liminaire du dossier)

En 2012, ce dossier a fait l’objet d’une convention de partenariat scientifique entre la Ville de Montmorency et l’université de Rouen, le Centre Flaubert ayant pour mission de mettre en ligne les images du manuscrit accompagnées de leur transcription. Depuis 2014, les images et les transcriptions (dues à Émeline Goréguès) sont donc disponibles sur le site Flaubert.

Pour que les manuscrits soient aujourd’hui également consultables sur le site des dossiers de Bouvard et Pécuchet, une convention d’utilisation des visuels a été signée en 2018 entre la Ville de Montmorency et le CNRS.

Les transcriptions ont ensuite été revues, encodées en XML-TEI et enrichies selon les standards du site. Ce travail a été réalisé au sein de l’IHRIM (UMR 5317) par Élisabeth Baïsse-Macchi (🐓) pour la mise en forme diplomatique ; par Paul Gaillardon pour la fragmentation et l’encodage primaire ; par Pierre-Yves Jallud et Maud Ingarao pour l’intégration informatique et documentaire ; et par Stéphanie Dord-Crouslé, pour la création des métadonnées et la relecture scientifique de l’ensemble. L’encodage « de niveau 3 » a été réalisé par Nathalie Arlin grâce à une subvention du consortium CAHIER.

Dorénavant :

1- les transcriptions peuvent être consultées en version diplomatique ou normalisée, la « vue enrichie » exposant quant à elle le travail éditorial réalisé pour passer de l’une à l’autre version ;

2- chaque fragment textuel pris en note par Flaubert est relié à des métadonnées qui permettent de connaître sa référence bibliographique exacte et de savoir s’il apparaît ailleurs dans le corpus, en particulier sur une page destinée au premier et/ou au second volume de Bouvard et Pécuchet ;

3- à l’instar des autres pages du corpus, celles du dossier « Jean-Jacques Rousseau » peuvent être utilisées pour faire fonctionner l’agenceur, c’est-à-dire l’outil de production de « seconds volumes » possibles, puisqu’elles font partie des dossiers de notes constitués ou relus par Flaubert en vue de son dernier roman. Elles présentent en outre l’intérêt d’être les premières où peuvent être mis au jour des matériaux entièrement nouveaux. En effet, jusqu’à aujourd’hui, jamais un dossier conservé ailleurs qu’à la bibliothèque municipale de Rouen (cote g226) n’avait été mobilisé pour une reconstitution conjecturale du « second volume ». Seules quelques citations avaient été extraites de carnets de travail.

Avec l’édition du dossier de notes « Jean-Jacques Rousseau », le projet Bouvard franchit une étape décisive. En dépassant les strictes limites qu’il s’était d’abord fixées (l’édition d’un ensemble patrimonial cohérent conservé à la bibliothèque municipale de Rouen), il commence à réaliser pleinement le projet scientifique d’ampleur qui est le sien : donner à lire l’ensemble de la documentation réunie par Flaubert pour son entreprise encyclopédique « en farce » et permettre à l’agenceur d’y puiser des matériaux – pour certains inconnus – en vue de la création ou de l’enrichissement de « seconds volumes » possibles.

Consulter le dossier.

Mise à jour de l’inventaire des pièces du dossier de genèse de Bouvard et Pécuchet

L’inventaire des pièces du dossier de genèse de Bouvard et Pécuchet (dossier appelé aussi « BP-sphère ») vient d’être mis à jour sur le site Flaubert de l’université de Rouen.

Vous pouvez le consulter ici.

On y trouve des informations nouvelles concernant certains dossiers.

Bonne lecture !

Agencer des « seconds volumes » possibles pour Bouvard et Pécuchet de Flaubert : la nécessaire « extension du domaine de la lutte » numérique

Cycle de conférences du département Éducation et Humanités Numériques et de l’Atelier des Humanités Numériques

Mardi 30 avril 2019

ENS de Lyon, site Descartes – Bâtiment Buisson, Salle D8 006, 14h-16h

Agencer des « seconds volumes » possibles pour Bouvard et Pécuchet de Flaubert : la nécessaire « extension du domaine de la lutte » numérique

Stéphanie Dord-Crouslé, Chargée de recherche au CNRS

Fonctionnel depuis 2015, l’agenceur du site des dossiers documentaires de Bouvard et Pécuchet permet de créer des « seconds volumes » à la demande pour le roman posthume et inachevé de Flaubert. Jusqu’ici restreint aux seuls dossiers conservés à la bibliothèque municipale de Rouen, le site d’édition vient de connaître la première extension de son empan en intégrant un dossier de notes de lecture conservé au Musée Jean-Jacques Rousseau de Montmorency. En dépassant les strictes limites qu’il s’était d’abord fixées (l’édition d’un ensemble patrimonial cohérent), il commence seulement à réaliser pleinement le projet scientifique qui est le sien : donner à lire l’ensemble de la documentation réunie par Flaubert pour son entreprise encyclopédique et permettre à l’agenceur d’y puiser des matériaux nouveaux pour la création d’autres « seconds volumes » possibles.

Aide à la recherche

L’aide à la recherche dans les transcriptions du corpus a été revue et mieux signalée :

http://www.dossiers-flaubert.fr/recherche-tei.php

Pour la faire apparaître, il suffit de cliquer sur le point d’interrogation cerclé de bleu qui se trouve juste en-dessous du champ de recherche.

Il en va de même pour l’aide à la recherche dans les trois bibliothèques disponibles :

N’hésitez pas à vous en servir !

Parution

Vient de paraître :

Éric Le Calvez (éd.), Flaubert voyageur, Paris, Classiques Garnier, 2019

avec un article de Stella Mangiapane : « De l’enquête sur le terrain à l’écriture de fiction dans les manuscrits de Bouvard et Pécuchet« 

Site de l’éditeur : https://classiques-garnier.com/flaubert-voyageur.html

Table des matières complète

Éric Le Calvez : Préface

PROLÉGOMÈNES

Thierry Poyet : Politique(s) du voyage. Révolutions et circonvolutions chez Flaubert

PREMIÈRE PARTIE – PREMIERS VOYAGES

Alexandre Bonafos : Vider tous les horizons. Flaubert à l’épreuve du voyage (1840-1847)

Abbey Carrico : La vaporisité de l’imagination. Le voyage panthéiste de Flaubert dans Pyrénées-Corse

Jeffrey Thomas : Flaubert aux arènes

Khalid Lyamlahy : Un désir d’écriture. Flaubert, Barthes et la pratique de la notation dans le Voyage en Italie

Christophe Ippolito : Eurydice en Bécassine dans Par les champs et par les grèves

DEUXIÈME PARTIE – VOYAGER EN ORIENT

Lúcia Amaral de Oliveira Ribeiro : L’écriture du visible

Asmaa El Meknassi : Flaubert en Orient

Catherine Thomas-Ripault : La relation de voyage dans les lettres d’Orient de Flaubert. Une écriture de l’intime

Vesna Elez : Le crépuscule à l’Orient d’après la Correspondance de Flaubert

Stéphanie Dord-Crouslé : Flaubert en Orient : l’anti-touriste ?

Martine Breuillot : La Grèce, les Grecs et Flaubert dans le voyage en Grèce

TROISIÈME PARTIE – HÉRITAGES DE L’ORIENT ET AUTRES VOYAGES

Nathalie Petibon : Flaubert en Italie. De la mort du rêve à la naissance du style

Moulay Youssef Soussou : Altérité et écriture. Le voyage en Égypte de Flaubert

Rosa Maria Palermo Di Stefano : De la Palestine à Hérodias. La mise en place de la haine

Ôphélia Claudel : Bas les masques ! Lever le voile sur la méthode in situ de Flaubert. Du Voyage en Algérie et en Tunisie à Salammbô

Biagio Magaudda : Flaubert voyageur en Algérie et en Tunisie à travers la Correspondance

Stella Mangiapane : De l’enquête sur le terrain à l’écriture de fiction dans les manuscrits de Bouvard et Pécuchet

Bibliographie

Index des noms de lieux

Index des noms de personnes

Index des œuvres de Flaubert citées

Littérature monstre. Une tératologie de l’art et du social (1848-1914)

Colloque international, Montpellier, 15-16 novembre 2018, organisé par Didier Plassard et Corinne Saminadayar-Perrin

Stéphanie Dord-Crouslé (CNRS, UMR IHRIM) : Du “chou prodigieux, et absolument incomestible” à la “copie-monument”: petite tératologie potagère de Bouvard et Pécuchet, œuvre posthume et inachevée.