Le « Cours de Philosophie, année 1839-1840 », un manuscrit énigmatique

Après le décès de Caroline Franklin Grout, nièce de Flaubert, un manuscrit intitulé « Cours de Philosophie (Mallet) année 1839-1840 » est passé en vente à l’Hôtel Drouot, les 18 et 19 novembre 1931 (n° 136) :

Image du catalogue
Extrait du catalogue

Le descriptif du lot précisait :

« Dans une chemise de la main de Flaubert :
Cours de Philosophie, Mallet année 1839-1840.
Divisé en 62 leçons dont plusieurs portent en tête la signature Gustave Flaubert.
Format 22 X 18. »

Le manuscrit a vraisemblablement trouvé acquéreur à cette occasion mais la presse d’époque – consultée sur Retronews – n’a pour l’instant permis d’obtenir d’informations ni sur l’acheteur ni sur le montant déboursé. Une seule certitude : le manuscrit est cité dans l’article de Maurice Haloche : « De quelques manuscrits de Gustave Flaubert » (Les Amis de Flaubert, n° 12, 1958, p. 39), sans qu’il soit fait mention d’un nouveau ou récent passage en vente.

À notre connaissance, le manuscrit ne réapparaît qu’en 2019, au moment où la maison Christie’s est en charge de la dispersion de la Collection Alfred Cortot (vente 18565, Paris, 7 octobre 2019). Le lot 59 (Catalogue, p. 53) répond en effet au descriptif suivant:

FLAUBERT, Gustave (1821-1880). Cours de Philosophie, année 1839-1840.
Manuscrit autographe signé. [Rouen, 1839-1840]
1 vol in-4 (218 x 180 mm), 330 pp. à l’encre brune ou noire sur papiers de différents types. Reliure signée Mercier et datée 1936 : demi-maroquin à long grain brun à coins.
Réunion des cours de philosophie du jeune Gustave Flaubert, l’année de son baccalauréat.
Très intéressant volume de plus de 300 pages, reprenant les thèmes abordés en classe. La netteté du manuscrit s’explique par le fait que Flaubert est renvoyé de son lycée pour mauvaise conduite en décembre 1839 et ces cours sont donc très probablement copiés sur ceux d’un de ses camarades, peut-être Ernest Chevalier. Il passera son baccalauréat avec succès en 1840.
« Spinoza, pas nommé ! »
Ces cours sont séparés en leçons et les nombreuses pages sont annotées postérieurement par Flaubert qui ajoute des commentaires sur tel philosophe ou telle idée. Il a également signé à plusieurs reprises ses cours en marge supérieure du début certaines leçons.
Passionnante relique philosophique du jeune Gustave qui éclaire la pensée du futur écrivain sur des principes philosophiques : morale, conscience, qui parcourent son œuvre.
€20,000-30,000

Deux images du manuscrit sont proposées dans le catalogue, dont la page de titre :

page de titre - Cours de philosophie

Le manuscrit n’a pas alors trouvé acheteur. Il a été proposé de nouveau à la vente, quelques mois plus tard, toujours par la maison Christie’s, lors d’une vente en ligne (« Tendrement vôtre » – lettres et manuscrits autographes d’auteurs français ; vente n° 19585) qui s’est tenue entre le 9 et le 25 juin 2020. Le descriptif du lot 16 reprend celui de la vente précédente ; il est accompagné non plus de deux mais de quatre images. L’évaluation du manuscrit a été revue à la baisse (3000€-4000€) et le manuscrit a trouvé acquéreur pour 3750 € (informations disponibles sur le site de Christie’s).

Grâce à la fort aimable entremise d’Adrien Legendre (directeur du département Livres et manuscrits chez Christie’s), j’ai pu entrer en contact avec l’actuel détenteur, le libraire Jean-Emmanuel Raux, qui a accepté que je consulte le manuscrit le 7 juillet dernier dans sa galerie :

Galerie ARTS ET AUTOGRAPHES
Jean-Emmanuel RAUX, expert en autographes et manuscrits
9 rue de l’Odéon — 75006 PARIS — Tél.: 01 43 25 60 48
Email : contact@autographe.com

Il s’est trouvé que ce même jour paraissait le catalogue Arts & Autographes (n° 95, juillet 2021) présentant le manuscrit en couverture :

Couverture du catalogue

et le proposant à la vente accompagné de ce descriptif (p. 45, pièce n° 34202) :

FLAUBERT Gustave [Rouen, 1821 – Croisset, 1880], écrivain français.
Manuscrit autographe signé « Cours de Philosophie, année 1839-1840 ». Manuscrit autographe signé. [Rouen, 1839-1840] ; in-4 (21,8 X 18, cm), 330 pages à l’encre brune ou noire sur papiers de différents types. Reliure signée Mercier et datée 1936 : demi-maroquin à long grain brun à coins.
Précieux et considérable manuscrit autographe signé, formé par l’ensemble des notes du cours de philosophie suivi par Flaubert à l’âge de 18 ans, l’année de son baccalauréat.
En même temps qu’une infiniment émouvante relique du grand écrivain, ce manuscrit constitue une document très important pour l’étude et la compréhension de son esprit. Outre, en effet, les données du cours inculquées au futur romancier, quelques brèves notes ajoutées parfois plus tard apportent une indication sur ses réactions, tel son étonnement de voir omis Spinoza : « Spinoza, pas nommé ! », son scepticisme devant la vérité à portée de l’intelligence humaine, ou son refus de croire que le « moi qui ne se souvient pas de tout soit complet ». Chaque cours est séparé en leçon, portant souvent en tête la signature de Flaubert, traite d’un sujet du programme dont il est curieux de voir quelle fut son influence future. Ainsi les chapitres consacrés à la morale, à la conscience, à l’imagination — notamment à l’imagination créatrice et aux circonstances qui contribuent à son développement. Les nombreuses pages sont annotées postérieurement par Flaubert qui ajoute des commentaires sur tel philosophe ou telle idée.
En décembre 1839, Flaubert est renvoyé de son lycée pour mauvaise conduite et ces cours sont donc très probablement copiés sur ceux d’un de ses camarades, peut-être Ernest Chevalier. Il passera son baccalauréat avec succès en 1840.
Très émouvant et imposant manuscrit philosophique de la jeunesse de Gustave  Flaubert, qui éclaire la pensée du futur écrivain sur des principes philosophiques (morale, conscience) qui parcourent son œuvre. Prix sur demande.

Je remercie vivement Jean-Emmanuel Raux pour son accueil.

Lors de la journée d’études du samedi 2 octobre prochain, « Flaubert au Collège royal de Rouen, 1832-1840 », organisée par les Amis de Flaubert et de Maupassant, j’aurai l’occasion de présenter les hypothèses que l’on peut formuler à propos de ce manuscrit.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.