Le dossier « Jean-Jacques Rousseau », un nouveau venu sur le site « Les dossiers de Bouvard et Pécuchet »

En ce mois de mai 2019, un nouvel opus rejoint le site des dossiers documentaires de Bouvard et Pécuchet : il s’agit du dossier des notes de lecture prises par Flaubert sur des œuvres de Rousseau, conservé depuis 1992 au musée Jean-Jacques Rousseau de Montmorency après avoir fait partie de l’une des deux ventes successorales de la nièce de l’écrivain, Caroline Franklin Grout (Paris, hôtel Drouot, 18-19 novembre 1931, n° 154 ; voir le catalogue).

Collection musée Jean-Jacques Rousseau,
Ville de Montmorency – photographe Laure Querouil
(page liminaire du dossier)

En 2012, ce dossier a fait l’objet d’une convention de partenariat scientifique entre la Ville de Montmorency et l’université de Rouen, le Centre Flaubert ayant pour mission de mettre en ligne les images du manuscrit accompagnées de leur transcription. Depuis 2014, les images et les transcriptions (dues à Émeline Goréguès) sont donc disponibles sur le site Flaubert.

Pour que les manuscrits soient aujourd’hui également consultables sur le site des dossiers de Bouvard et Pécuchet, une convention d’utilisation des visuels a été signée en 2018 entre la Ville de Montmorency et le CNRS.

Les transcriptions ont ensuite été revues, encodées en XML-TEI et enrichies selon les standards du site. Ce travail a été réalisé au sein de l’IHRIM (UMR 5317) par Élisabeth Baïsse-Macchi (🐓) pour la mise en forme diplomatique ; par Paul Gaillardon pour la fragmentation et l’encodage primaire ; par Pierre-Yves Jallud et Maud Ingarao pour l’intégration informatique et documentaire ; et par Stéphanie Dord-Crouslé, pour la création des métadonnées et la relecture scientifique de l’ensemble. L’encodage « de niveau 3 » a été réalisé par Nathalie Arlin grâce à une subvention du consortium CAHIER.

Dorénavant :

1- les transcriptions peuvent être consultées en version diplomatique ou normalisée, la « vue enrichie » exposant quant à elle le travail éditorial réalisé pour passer de l’une à l’autre version ;

2- chaque fragment textuel pris en note par Flaubert est relié à des métadonnées qui permettent de connaître sa référence bibliographique exacte et de savoir s’il apparaît ailleurs dans le corpus, en particulier sur une page destinée au premier et/ou au second volume de Bouvard et Pécuchet ;

3- à l’instar des autres pages du corpus, celles du dossier « Jean-Jacques Rousseau » peuvent être utilisées pour faire fonctionner l’agenceur, c’est-à-dire l’outil de production de « seconds volumes » possibles, puisqu’elles font partie des dossiers de notes constitués ou relus par Flaubert en vue de son dernier roman. Elles présentent en outre l’intérêt d’être les premières où peuvent être mis au jour des matériaux entièrement nouveaux. En effet, jusqu’à aujourd’hui, jamais un dossier conservé ailleurs qu’à la bibliothèque municipale de Rouen (cote g226) n’avait été mobilisé pour une reconstitution conjecturale du « second volume ». Seules quelques citations avaient été extraites de carnets de travail.

Avec l’édition du dossier de notes « Jean-Jacques Rousseau », le projet Bouvard franchit une étape décisive. En dépassant les strictes limites qu’il s’était d’abord fixées (l’édition d’un ensemble patrimonial cohérent conservé à la bibliothèque municipale de Rouen), il commence à réaliser pleinement le projet scientifique d’ampleur qui est le sien : donner à lire l’ensemble de la documentation réunie par Flaubert pour son entreprise encyclopédique « en farce » et permettre à l’agenceur d’y puiser des matériaux – pour certains inconnus – en vue de la création ou de l’enrichissement de « seconds volumes » possibles.

Consulter le dossier.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.