Mise en ligne

Stéphanie Dord-Crouslé : « La correspondance entre Bouilhet et Flaubert, à partir de L’Éducation sentimentale – et au-delà… »

  1. communication prononcée lors du colloque « Writers as readers and critics of their peers : crossed correspondences / Les écrivains lecteurs et critiques de leurs pairs : correspondances croisées », organisé par Vanessa Guignery les 16 et 17 octobre 2014 à l’ENS de Lyon [texte de la communication consultable sur HAL] ;
  2. version révisée à paraître dans les actes du colloque : Crossed Correspondences: Writers as Readers and Critics of their Peers, edited by Vanessa Guignery, Cambridge Scholars Publishing.

Résumé : Flaubert et Bouilhet ont constitué une paire d’amis avant que d’être pairs en littérature : à la limite de la gémellité, ils ont toujours écrit dans une relation spéculaire, l’échange épistolaire leur permettant de poursuivre, lorsqu’ils se trouvaient empêchés, un dialogue esthétique et critique aussi nécessaire que vital pour la création de chacun d’entre eux. En centrant le propos sur la période de conception et d’écriture de L’Éducation sentimentale, on verra que la correspondance est le lieu où se poursuit le processus maïeutique qui fait de chacun le patient et respectueux accoucheur de la pensée de l’autre. Et, en dépit de la dimension paradoxale et peut-être aventureuse de cette proposition de lecture, on se demandera si la réalisation par Flaubert de son dernier projet (Bouvard et Pécuchet) ne pourrait pas être envisagée comme la poursuite d’une communication à distance entre les deux amis, comme la mise en œuvre d’une correspondance à destinataire définitivement absent et pourtant encore efficient.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *